« Un homme qui crie n’est pas un ours qui danse »

  • Accueil
  • > Archives pour décembre 2008

4 décembre, 2008

Non à l’emprisonnement pour cause d’esclavage: le cas de O/ Marcou

Classé sous Non classé — adamasow @ 4:39

D’abord je m’associe pleinement à la souffrance de ce couple Mnt/ Nagi et O / Marcou qui se trouve spolié de leurs droits fondamentaux, de leur liberté de choix et pure de leur complément religieux à savoir le mariage. Encore une fois, le tribalisme a fait son grand retour en dépit des approches textuelles incriminant l’esclavage et des pratiques analogues. Encore une fois la loi est restée timide du fait de la passivité des juges et de l’indifférence des dirigeants qui annulent un mariage exempt de tous vices pour trouver une autre justification à leur dérive qui ne résiste pas à l’analyse à savoir une différence ethnique. Visiblement le code du statut personnel a été enterré par ses rédacteurs. Cette affaire O/ Marcou vient encore accréditer la thèse selon laquelle notre justice agit sous la dictée infernale de l’exécutif. Une autre Mauritanie sous-jacente mais réelle existe. Le début du respect de la souffrance de ces victimes commence d’abord par la reconnaissance de cette existence.

Les harratines souffrent et continuerons de souffrir tant qu’eux-mêmes ne s’engagent pas de façon active avec le concours des pouvoirs pour éradiquer ce fléau que la sociabilité réfute avec rigueur. Ce ne sont pas des nominations maquillées derrière un esprit conservateur de quelques fonctionnaires dont la représentativité au niveau national est vraiment atomique qui viendront dissiper une réalité plus que centenaire. Pour que la Mauritanie acquière une respectabilité au niveau sous régionale et internationale il faut qu’elle s’attèle à mettre fin à certaines pratiques tristement répétitives dans ce pays.

La Mauritanie peut-elle être indifférente aux profondes mutations d’un monde qui a presque atteint son paroxysme de développement ? Les discours académiques sont là mais les pratiques d’un autre âge persistent. C’est tout le danger contenu dans l’idéologie. Il est vrai qu’à chaque fois dans la fureur des événements des justes ce sont levés. Autrement dit que des volontés saines luttent sans lâche contre ces traitements pratiqués par des individus dénués de toute éthique et de considération pour la personne humaine. Le cas de O/ Marcou illustre parfaitement cette envie de « briser à pointillés les chaines d’esclavages » mais de s’entêter à toute dérogation à son corolaire de conséquences. La justice doit être faite à ce couple qui s’est uni sur la base d’un consensus et sur un croisement des sentiments loin de leurs marchandages comme il est fréquent dans notre société à forte couleur matérialiste. Elle doit être rendue d’autant plus qu’en Mauritanie elle l’est au nom d’Allah et non pas à celui du peuple comme dans certains pays.

Il est vrai qu’il faut accepter les résultats divins des épreuves de la vie. De même il est aussi vrai de laisser les hommes et les femmes vivre leur intimités sans l’intrusion d’une force extérieure. C’est une erreur grandiose qu’est entrain de commettre le procureur avec la complicité de l’oncle de Mnt/ Nagi. Nous voulons un appareil judiciaire compétent soucieux de redonner à la population un nouveau souffle d’espoir mais pas une justice qui prend des décisions hâtives sans aucun respect des maximes de la procédure adéquate. Il faut mettre fin à ces pratiques.

Il est sans doute révoltant qu’une hypothétique culpabilité d’un individu trouve sa « référence » dans une union saine avec son semblable dont la seule différence avec lui est la couleur de la peau. O/ Marcou doit bénéficier du soutient des consciences saines et non pas l’apport de certaines personnalités qui tiennent un double discours et qui s’éclipsent devant leurs engagements. Les différents régimes qui ce sont succédés n’ont cessé de clamer la fin de l’esclavage et de ses dérivés alors que le concret est distancié par rapport à leur déclarations. Mais voila que l’histoire s’est réécrite de façon insidieuse trempant tout le pays dans l’encre de l’incivilité.

Les étudiants mauritaniens de Perpignan à l’épreuve de la democratie

Classé sous Non classé — adamasow @ 4:36

Pendant que le HCE (Haut Conseil d’Etat) poursuit son sevrage démocratique au peuple mauritanien, l’opposé se passe à l’autre bout du monde. En effet, l’heure était à  l’expérience à petit échelle dans les rangs des étudiants mauritaniens  à Perpignan qui ont procédés hier (30 novembre) à l’élection du nouveau bureau de leur Association  (AMEP). Esprit démocratique oblige, le bureau sortant a inscrit à l’ordre du jour de l’assemblée générale des questions diverses dont l’épicentre était  celle du bilan dans son acception générale et particulièrement financier qui, il faut le reconnaitre est positif encore une fois de plus loin du galvaudage des ressources qui est le crédo en Mauritanie.

Abstraction faite de quelques dysfonctionnements qui sont inhérentes à toute organisation, l’ensemble du travail annuel du bureau sortant a frôlé les limites de l’excellence. C’est là d’ailleurs que réside la justification toute fondée de la réélection à la majorité absolue de certains membres du bureau sortant dont le travail a été vivement apprécié au bonheur de toute la communauté mauritanienne de perpignan. Grosso-modo la maxime de « l’homme qu’il faut à la place qu’il faut » a encore triomphé.

Les participants ont affirmé leur souhait d’éviter les « doublons » précédents. Après près de Trois heures de concertation et de dialectique idéelle, l’esprit de l’union a repris le dessus. Ces mêmes participants ont encore réitéré leurs volontés d’apporter un soutien sans faille pour l’épanouissement de L’AMEP (Association Mauritanienne des Etudiants de Perpignan). Elle  est une structure qui permet à ses membres de s’exprimer librement, de se connaitre d’avantage, d’organiser des manifestations culturelles et sportives. Autrement dit de vivre la Mauritanie en dehors d’elle.

C’est ainsi qu’après les débats houleux, les participants ont entamé la seconde ligne de la rencontre en l’occurrence l’élection d’un nouveau bureau qui a été investi des mêmes prérogatives et attributs que le précedent et par conséquent l’AMEP a eu à sa tête un nouveau Président autour duquel gravite une hiérarchie pyramidale précise. Le nouveau bureau a tenu des engagements forts qui représentent une pierre angulaire de son mandat. La fin de cette assemblée a été marquée par un sursaut de conscience qui a conduit à l’accord de tous pour un idéal commun qu’est celui de porter en avant les valeurs de notre pays afin de s’associer à l’esprit cosmopolite qui caractérise l’occident. 

Cap sur l'avenir, le blog |
La Françafrique a du coeur |
les illusions perdues |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ENDYMION
| le bien être de candresse e...
| les pensées doubles de Caleb